Exposer, de nouveau !

On connait la situation sanitaire du pays (et du monde, en fait), qui nous a obligé à rester chez soi avec tout ce que cela entraine, dont la perte de créativité et le manque de rencontres pour pouvoir partager nos émotions à travers les expositions de photos.

Depuis quelques temps nous avons pu de nouveau exposer nos photos dans le cadre de deux évènements : la « Place aux Artistes » à Aubagne et le « Salon du Livre » de Ceyreste ce week-end.

L’occasion, à chaque fois, de s’enrichir du regard des autres, et au travers des œuvres de chaque autre artiste et des discussions qu’amènent la rencontre avec le « spectateur ».

Raconter les conditions de prise de vue lors de telle ou telle photo, mais pas seulement… Partager notre émerveillement devant la nature offerte, notre émotion devant la courbe d’une tige, l’instantané de l’écume qui partage le ciel avec une mouette, la lumière que renvoie les gouttes de cascade ou qui traverse le voile léger des pétales, la danse des vagues au mouvement éternel, figé…
La nature comme des milliers de tableaux, des milliers de cadeaux…

Salle du Moulin, Ceyreste

Nous avons particulièrement échangé avec François Mouren Provensal, que je vous invite vivement à découvrir au travers de ses photos et de ces textes.

Une belle rencontre, toute en délicatesse et en poésie, initiée par notre regard attiré par ses photos de lumière sur la mer et dans le ciel…. une des phrases de sa dédicace sur l’un de ses livres que nous n’avons pas pu nous empêcher de nous offrir :

« Il y a ces espaces où l’on pose regard et où la photo nous offre mémoire« 

François Mouren Provensal

Cela fait longtemps

Je m’aperçois que je n’ai plus écrit depuis mai 2020 !!!

Entre confinement, dé-confinement, moral en baisse, en hausse, la pensée n’était plus trop à la photo… plutôt à la sécurité et à la santé de mes proches.

Notre club photo vit cette période par internet avec partage de photos sur un thème, commentaires et discussions, comme lors de nos réunion bimensuelles, tutoriels sur la post-production, et préparation de notre expo annuelle fin octobre.

Mise à jour : nous avons tout installé le mercredi, et le soir le confinement a été annoncé… Du coup, ce sont les fantômes de la Chapelle des Pénitents Bleus qui profitent de l’expo qui y est toujours suspendue !

C’est de ce cheminement que je vais parler.

Le thème en est « Loin de la mer », avec pour invité le photographe Pierre Gable :

Tout en étant en attente de l’autorisation ou non de la maintenir…

Il nous fallait donc choisir trois de nos photos, en rapport avec le thème, deux en format paysage, et une en format portrait, de façon à ce que l’expo soit à l’unisson.

Et c’est là, la difficulté… sélectionner des photos qui nous plaisent, qui sont d’une qualité à exposer, et qui soient cohérentes entre elles, au niveau couleur et sujet. Surtout quand on en a des centaines sur son ordi ! Je suis donc partie (comme dirait nos chefs cuisiniers) sur plusieurs sous-thèmes dans lesquels je savais que j’avais de la matière : le ciel, les photos macro, la neige et les dernières photos prises dans les Alpes à l’occasion de quelques petites escapades d’été.

J’ai abandonné rapidement les photos macro, car, prises avec une bonnette, elles n’avaient pas la qualité requise pour un agrandissement 50×75.

Le ciel et la neige… trop limité.

Je suis donc restée sur les photos des Alpes. Et même là, il a fallu les faire défiler, se poser des questions, se demander quel impact elles pouvaient avoir pour celui qui allait les regarder, le sens que je voulais donner à mon choix… en essayant de les regrouper et là. J’y ai passé des heures…et j’ai enfin trouvé !!!

Mon sous-thème sera donc : l’abondance !

Jusqu’à ce que…

Car quand on aime observer la nature et ce qu’elle nous donne, on s’aperçoit rapidement que cette abondance, cette générosité, ne tient qu’à un fil. Une généreuse abondance si fragile qu’un seul désordre peut la faire basculer.

Ce sera mon message pour l’expo…

Ensuite il a fallu les retravailler, en les recadrant, en leur donnant un impact couleur à peu près identique, en éliminant les petites imperfections comme les petites taches sur le capteur.

Puis les soumettre au comité bienveillant de l’expo et les faire imprimer.

Dans quelques jours l’accrochage… il n’y aura pas de vernissage, gestes sanitaires obligent, mais si vous passez par là, vous êtes les bienvenus !

De même qu’en commentaires.

Exposition des photos du club ODL, une longue gestation…

Comme chaque année, à cette période, les membres du club Ombre des Lumières, de La Ciotat, exposent quelques photos sur un thème défini avec le photographe invité qui est, cette année, Boris Dumont (son blog).

Si vous êtes dans le coin, n’hésitez pas….

La préparation d’une expo dure longtemps…. il faut s’imprégner du thème, chercher l’angle sous lequel on va le traiter… prendre le temps de faire plusieurs sorties pour prendre les photos, recommencer, traiter les clichés… Et quand on est enfin satisfait de ce que l’on a sorti (avec un maximum de 4 photos), il faut choisir l’impression, et là il y a du choix !!!

  • papier photo
  • papier photo Fine Art
  • dibond PVC
  • dibond alu
  • plexiglas
  • cadre, ou pas…

Cette année, j’ai choisi un tirage Dibond alu puisque mes photos étaient en noir et blanc, et que j’aime le léger relief que l’encre crée sur l’alu. Ce qui fait ressortir les grains de sable de mes photos.

Puis il faut encore choisir la disposition des photos entre elles, j’avais 2 photos en format « portrait », et 2 en format « paysage », petit casse-tête….

Et enfin, passer une journée, (ou deux, parce qu’en club on est nombreux), pour installer sa petite expo pour qu’elle tienne sa place dans l’expo générale du club.

Faire passer les fils perlon dans les barres du mur, accrocher les tirages à la bonne hauteur, les aligner les uns par rapport aux autres, leur redonner une horizontalité, les caller avec de petits bouts de polystyrène … vérifier, nettoyer…. régler les éclairages… coller les titres, le texte explicatif…

La vague s’est allongée sur ses perles d’écume,
encore et encore…
Le vent a soulevé les grains dorés de la plage,
chuchotant, s’emportant…
Dessinant de leurs traces
des poèmes éphémères au goût de sel.

Attentive, les yeux sur le sable,
j’y ai découvert des rimes anciennes
et des chemins nouveaux,
des rêves à poursuivre….

Reste plus qu’à sortir le rosé et les pizzas, et à se tenir prêt…

Nous étions presque 250 lors du vernissage !!!