Retour aux sources

Dans les 10 kilomètres à la ronde autour de chez nous, existe un petit coin de paradis, où l’eau coule en abondance, par petites cascades, révélant des rides de clarté comme se plissant aux abords des rochers.

Confinement, lassitude, mauvais temps… cela faisait longtemps que nous n’avions pas remis nos pas sur le chemin caillouteux qui longe le cours d’eau, tacheté, en cette période, de centaines de petits têtards.

Le printemps explose, les bourgeons sont prêts à se déployer, les mousses profitent des dernières humidités de l’année… du vert partout, frais, reposant… le chant des oiseaux répond au ruissèlement de l’eau… l’objectif se pose partout, essaie de rendre cet air de renouveau qui nous enveloppe.

En balade à mes pieds, un iule provençal se tortille à la recherche de quelques nourriture…

Je n’ai utilisé pratiquement que mon objectif 30mm/macro, en ISO 400 car la lumière du matin était bien tamisée par les feuillages.

Pour ceux que cela intéresse : source des Encanaux à Auriol. Prendre la route de la Saint Baume, D45a. De jolies balades ou randos, un espace santé et pique nique et un parking.

Lien G. map : https://www.google.fr/maps/@43.3534269,5.6655109,3192m/data=!3m1!1e3

Entre terre et ciel

Retour près de l’étang de Bolmon, juste avant un nouveau « confinement », mais cette fois-ci, sur la bande de terre étroite qui vit entre l’étang de Bolmon et le canal de Marseille au Rhône. Un long bandeau de soleil, entrecoupé de « portes » entre les deux surfaces d’eau, planté de tamaris, croulant sous les caillasses couvertes de lichen doré, territoire d’oiseaux en tous genres : flamands roses, grandes aigrettes, hérons, échasses blanches, canards colvert, bécasseaux, cormorans, sternes, mouettes et goélands.

Apaisés par ces bouillonnements de vie, déconnectés des pensées tourbillonnantes… on respire, suspendus entre terre et ciel, au niveau de l’eau….présents et vivants.

Essayant d’être le plus silencieux possible, nos pas rencontrent souvent les canards qui se jettent à l’eau en râlant un peu. Mais les aigrettes fuient bien avant notre arrivée, avant même qu’on ne les voit. Difficile alors d’armer rapidement l’appareil pour les fixer en plein vol.

Les flamands roses semblent bouder en nous tournant le dos, les sternes battent l’air, à l’affut d’un poisson sur lequel jeter son dévolu, rapides comme des flèches, les grandes échasses profitent d’un coin tranquille pour prendre un bain de pattes et se sustenter en picorant et les cormorans se pavanent au loin, acclamés par les cris des mouettes.

(Cliquer sur les images pour les agrandir)

Mais d’autres éléments nous permettent de prendre plus de temps, je privilégie alors le réglage de mon appareil photo en priorité ouverture plutôt qu’en priorité vitesse comme avec les oiseaux.

En haut, en bas, des escaliers…

Dernière activité en date de notre club photo : un concours interne sur les escaliers.

En cherchant dans nos photos déjà faites, on a eu beau remonter le temps, pas la moindre petite marche d’escalier qui pointait le bout de son nez. Peut-être une en cherchant vraiment bien….

Obligé donc de ne pas se laisser aller à la facilité. Malgré l’humeur morose ambiante, il a bien fallu prendre son sac, décider d’un endroit où trouver quelques marches et se lancer.
Merci au club de nous pousser à l’action, parce qu’en ce moment, notre attitude créative est un peu au niveau zéro…

Donc, direction le vieil Aubagne, par un jour de Mistral qui fait s’envoler les papiers au gré de ses humeurs, contredisant par son souffle glacial l’arrivée du printemps…

La récolte ne fut pas abondante, et après post-production, encore moins riche…
J’ai réussi à en sauvé deux, la première a été prise à Grasse en janvier 2020, inaugurant mon objectif grand angle ; les deux autres à Aubagne donc.
J’avais bien aimé cette vue glissante sur la rampe centrale de l’escalier, et le mélange des textures pavés/béton des marches de la dernière, réunies dans le dessin des courbes.

En rouge et blanc

Le club de photos auquel nous appartenons essaie malgré tout d’exister au gré des expositions déprogrammées et des réunions impossibles. Heureusement que le web est là, permettant au club d’organiser des expositions personnelles sur le net. Ainsi, chaque semaine, un/une photographe est mis en lumière avec des photos choisies et rassemblées par thème.

A voir ici : https://photo-odl.net/expos-personnelles-membres/

Cette semaine, c’est mon tour… avec l’exposition « En rouge et blanc ».

Ce sont les deux couleurs omniprésentes en Norvège en hiver.
Le rouge des maisons de bois perdues dans l’immensité,
le rouge des hangars à bateau se reflétant sur les frisotis gelés d’une eau immobile,
le rouge des bâtons de sécurité, balisant la route qui peut disparaitre parfois, soufflées par le vent et la neige,
le rouge des bouées de sauvetage placées près des lacs gelés,
le rouge du drapeau qui flotte au vent glacé des fjords, fièrement hissé sur l’Express Côtier,
le rouge des balises qui pointillent la côte…
Et le blanc de l’espace enneigé, si vaste, si texturé,
le blanc sur les branches des bouleaux,
le blanc des sommets ensoleillés pour quelques minutes,
le blanc du vent qui balaye le ciel,
le blanc des flocons qui dansent au gré de leur humeur, légers ou puissants…

Ce sont les couleurs qui nous manquent cruellement en ces temps de COVID où nous ne pouvons voyager comme d’habitude, pour la santé de tous.

En voici quelques touches :

Lien direct : https://photos.app.goo.gl/wVC9XzHJ5ey4maZL9

J’espère vous avoir fait partager cet amour en rouge et blanc qui s’est, un hiver, accroché à nos coeurs et dont, malgré plusieurs visites, nous ne nous lassons pas !

L’étang de Bolmon

On aurait pu s’attendre à une météo printanière, tout autour de nous était en fleurs, les amandiers, les abricotiers… Le jaune des forsythia essayait de suivre… mais le ciel en avait décidé autrement, uniformément gris, sans aucun relief, ni nuage distinct, comme un brouillard, mais qui n’aurait pas osé descendre sur terre.

Nous avions rendez-vous sur une plage de l’étang de Berre, tout à côté des pistes (bien vides en cette période de COVID) de l’aéroport Marseille Provence. Une rencontre minimale en famille, le temps de pique-niquer en respectant les distances, et en gardant les vestes, car le thermomètre non plus n’avait pas compris….

Notre « élément familial » étant retourné bosser, nous avons retrouvé l’étang de Bolmon, en passant d’abord par le parc des sports, puis par les bords de l’étang lui-même, qui nous avait été présenté en son temps par un autre de nos enfants, sans trop d’espoir de pouvoir y faire quelques photos.

Sauf que ce ciel gris, les étendues sauvages de marais et de joncs, l’eau immobile, les mouettes en noir et blanc sur l’eau argentée, les reliefs tarabiscotés des créations calcaires des vers sur les pierres à demi immergées…. tout cela finissait finalement par rejoindre assez bien mes expériences de « High Key » (voir article précédent), hors du temps…

Un moment de calme et de sérénité, le chant des oiseaux, les découvertes des enfants autour de nous (nous sommes en période de vacances), l’immobilité de l’eau, quelques rides pour ne pas se faire oublier, et pour révéler autrement les reflets d’un arbre, des bruits de plongeons mystérieux dans les canaux, des moments de silence….


Pour ceux qui seraient intéressés par cet endroit : http://www.conservatoire-du-littoral.fr/siteLittoral/246/28-etang-de-bolmon-13_bouches-du-rhone.htm

On peut y voir des flamants roses, des hérons, des cormorans, des foulques marcoules et toutes sortes d’autres oiseaux, migrateurs ou nicheurs, selon les mois de l’année, grâce à des observatoires bien placés.

Haute exposition

La technique « High Key » peut se traduire par « niveau élevé de lumière ». En parcourant le net à la recherche d’une définition et d’exemples, j’en ai trouvé des foultitudes… alors, j’ai fait ma sauce à ma façon.

Pour moi, une photo traitée « High Key » est avant tout une photo qui n’est pas documentaire, trop de détails sont ôtés de l’image, c’est une photo qui permet de révéler une ambiance, de froid, de calme, … une photo qui fait rêver.

Pour obtenir ce genre d’image, il faut d’abord choisir son sujet : pas trop de détails, pas trop de couleurs, un bon contraste. Généralement, je prends une photo que je « vois » déjà en noir et blanc.

Puis, en post-production, j’augmente l’exposition, sans brûler l’image, un peu les blancs, les noirs et le contraste. Il est parfois intéressant de modifier la température, de même que la clarté pour éviter les textures gênantes : rides sur l’eau, empreintes dans la neige…

Je pense qu’en fait, il existe autant d’effets « High Key » que de photographes et d’humeurs de photographe.
Et évidemment, toutes les photos ne se prêtent pas à ce genre d’effet.
J’ai vu aussi des photos « High key » en couleur, je n’ai pas essayé…


Pour révéler la fragilité de l’animal dans cet univers un peu inhospitalier, faire ressortir la texture du poil et focaliser le regard étonné du renne face à l’humain que je suis…
Là, on dirait presqu’un dessin…


Lors d’un week-end en Camargue avec le club photo, au temps où… ces lignes de flamants roses dans un univers grisâtre de vieux ciel de pluie tranchaient par leur couleur et leur contraste. Je pense la photo déjà sympa comme ça. Le fait de lui appliquer un effet « High key » révèle les verticalités des pattes, et les points noirs des becs et de certains plumages. (Faire glisser le curseur pour voir avant/après)
L’impression de temps suspendu entre ciel et mer…

Flamants roses devenus éléments de rêve…

Déjà traitée en noir et blanc, le procédé « High key » permet de focaliser le regard sur les étamines, symboles essentiels ici du printemps et du renouveau.


Je vous embarque dans mes rêves….

Le parc du 26ème centenaire

Une petite visite à Marseille m’a permis de découvrir ce parc, petite oasis de verdure en pleine ville. C’était assez tôt le matin et les ombres s’allongeaient sur les textures de pavés. Quelques brins d’herbe se traçaient un chemin de verdure…

J’ai utilisé mon nouvel objectif, mais pas en mode macro. Il est parfait aussi pour sa focale fixe à 30mm, avec une ouverture à F2.8.

un labyrinthe de verdure

Et j’ai raté une photo que je pense aurait pu être sympa : une gamine sur son vélo, cheveux éclairés par le soleil en contre-jour… mais le temps de changer d’objectif, et la princesse s’en est allée…

Mon nouvel objectif

Le Père Noël est passé par là et m’a apporté un nouvel objectif : un L… G macro 30mm, ouverture à 2.8 !
et comme un bonheur n’arrive jamais seul, le gel a fait son apparition… (plus d’un an sans gel chez nous !!!)

Il m’a fallu quand même quelques jours d’essais pour arriver à faire quelque chose d’à peu près correct. Mais la découverte de ces petits cristaux étincelants ! et le bonheur de pouvoir figer cet art éphémère !

L’impression d’entrer dans un royaume féérique…

Mise en scène

Les temps sont durs pour notre club photo… qui survit grâce à des exercices, des tutoriels ou des concours organisés sur un thème précis.

Le dernier exercice proposait de prendre une photo générale d’un endroit, puis de se rapprocher petit à petit, en changeant de point de vue, et de shooter. Ceci plusieurs fois de suite.

Ensuite, il nous fallait rassembler ces vues en un collage photo cohérent.

Plusieurs essais dans le jardin, confinement oblige… Et finalement j’ai mis en scène la lune et le soleil, qui se murmurent des secrets tout au long de l’année, à l’ombre de l’amandier et de l’olivier :

Et voici le résultat final :

Pas plus d’un kilomètre, pas plus d’une heure…

Acte 2

L’humidité de l’automne dans la forêt fait pousser des mondes secrets, cachés au creux des troncs.

Certaines de ces photos sont prises avec une bonnette macro, ou un filtre close-up 4. C’est une alternative à l’objectif macro, beaucoup trop cher pour le peu de photo macro que je fais, même si j’aime ça.

La difficulté est d’arriver à faire la mise au point correctement. Ce filtre est vissé sur mon téléobjectif 14-140 (28-280) et d’habitude, j’utilise mon pied et le retardateur pour éviter le flou de bougé.

Ici, la lumière était assez belle, et je n’avais pas mon trépied. J’ai pris tous ces clichés en montant les ISO à 400. Après, il m’a fallu jongler entre l’ouverture du diaphragme, que je voulais quand même assez fermé pour avoir une plage de netteté la plus large possible, et la vitesse, car je tenais l’appareil à bout de bras… ou bien posé sur une pierre….pas très stable…

Rentrée, une heure après, petit travail de tri pour jeter les flous, puis un peu de post-production pour recadrer, améliorer la texture et rendre le contraste de ce matin illuminé.

Et agrandir les photos sur l’ordinateur pour voir si un petit elfe n’était pas caché dans ces forêts miniatures….